Pourquoi le prix des voitures va augmenter

Il y a 1 semaine 21
229322070/suyujung - stock.adobe.com

ACTUALITÉ - Entre l’intégration de nouveaux équipements de sécurité et la prochaine norme de dépollution Euro 7, les véhicules vont augmenter de plusieurs centaines d’euros.

Ils s’en passeraient bien. Les automobilistes vont de nouveau être frappés au portefeuille. Alors que le prix à la pompe des carburants continue d’augmenter, les automobilistes vont devoir affronter une nouvelle hausse du prix des véhicules neufs. L’an prochain, tous les modèles commercialisés vont devoir intégrer la phase 2 du GSR (Global Safety Regulation). Imposées par la Commission européenne, ces nouvelles normes de sécurité destinées notamment à protéger les personnes les plus vulnérables - principalement les piétons - vont renchérir le prix des véhicules de l’ordre de 200 à 300 €, selon Gilles Le Borgne, le directeur de l’ingénierie du groupe Renault. Et ce n’est qu’un début. Une nouvelle norme de dépollution Euro 7 est en cours de discussion à Bruxelles. Elle doit entrer en vigueur en 2026 pour les véhicules particuliers et les utilitaires légers. «Tous les constructeurs souhaiteraient un peu plus de temps pour développer les technologies à destination des utilitaires légers», explique l’ingénieur de Renault.

Cette nouvelle norme devrait être entérinée en novembre prochain. Vu le niveau des exigences de dépollution imposées en matière de démarrage à froid, les constructeurs devront ajouter des technologies coûteuses. «Le surcoût financier sera autour de 1 000 euros», dit Gilles Le Borgne. En effet, le seul moyen d’éviter les rejets de certains gaz au démarrage est de faire monter très rapidement en température les éléments. Seuls des dispositifs électriques permettront de le faire. Ces nouvelles contraintes s’ajoutent au durcissement de la trajectoire de réduction des émissions de CO2 imposée par Bruxelles. En 2030, l’industrie automobile devra avoir réduit la moyenne de ses émissions de gaz à effet de serre de 55 % par rapport à aujourd’hui. L’engagement a été pris de parvenir à la neutralité carbone en 2050, le seul moyen selon l’Agence internationale de l’énergie de juguler le réchauffement climatique.

Lire la Suite de l'Article