Les Français sont prêts à passer à l'électrique pour moins polluer

Il y a 1 semaine 42

Florent Ferrière

Les Français sont prêts à passer à l'électrique pour moins polluer

90 % des actifs souhaitent réduire l'impact écologique de leurs déplacements quotidiens. Mais une majorité tient à sa voiture !

Le Covid n'a pas bouleversé les habitudes des Français pour leurs déplacements. Selon une étude Ipsos réalisée pour Vinci Autoroutes, 87 % des actifs utilisent le même moyen de transport qu'avant la crise sanitaire. Et pour 65 % d’entre eux, c'est la voiture individuelle, contre 65 % avant les confinements.

Toutefois, 90 % des sondés souhaitent pouvoir réduire l'impact écologique de leurs déplacements au quotidien. Il y a d'ailleurs une prise de conscience, puisqu'un peu plus de la moitié (54 %) estiment que leurs modes de déplacement ont des impacts négatifs sur le climat.

Les Français restent bien attachés à leur auto. S'ils avaient le choix, le moyen idéal pour se déplacer resterait la voiture pour 52 % des sondés. Le vélo (avec trottinette ou hoverboard) grimperait à 17 %, alors qu'actuellement 8 % des répondants l'utilisent. Il dépasserait ainsi le train. Il y a aussi 11 % des sondés qui souhaitent se mettre au covoiturage ou à l'autopartage, contre 4 % qui le font déjà.

Élément rassurant, une large majorité (71 %) pense qu'il est possible de rendre les déplacements moins polluants. 55 % se donnent moins de cinq ans pour concrétiser cela, et même moins de deux ans pour 28 %. Et preuve que la voiture reste incontournable, lorsqu'on leur demande comment ils vont le faire, la première réponse est "en achetant un véhicule électrique ou hybride", pour 35 %. 22 % souhaitent se mettre à l'éco-conduite. On note tout de même que 34 % souhaitent se déplacer davantage à pied ou en vélo. Sans surprise, cette dernière solution est plébiscitée par les urbains. Les péri-urbains sont ceux qui pensent le plus à la voiture électrifiée.

Reste que la part des Français qui sont vraiment décidés à passer à l'électrique ou l'hybride d'ici cinq ans est encore basse : 21 % pour l'hybride, 20 % pour l'électrique. On atteint toutefois la majorité avec ceux qui y réfléchissent. Sans surprise, les points de blocage sont les mêmes : le prix élevé (évoqué par 68 % des sondés) et l'autonomie faible (54 %).

Pour se laisser convaincre par l'électrique, les Français souhaitent des aides à l'achat (mais le bonus est petit à petit diminué). Deux tiers évoquent aussi la multiplication des bornes de recharge. Ils veulent également une assistance gratuite en cas de panne.

Image d'illustration de l'article 13,9 /20

Lire la Suite de l'Article